Hervé Vachez Oiseaux
Archives & Documents | 1997

Archives & documents : Articles inédits. - d’Autres Mondes Productions. - Conférences filmées. - Coordination éditoriale. - Documents sonores. - Tirés à part.

« Divisions de l’image : Hervé Vachez , Oiseaux », Paris : Galerie Baudoin Lebon [Carton d’invitation], 28 mai-21 juin 1997




Divisions de l’image

Une centrale thermique à Ravenne où des oiseaux se posent et s’envolent : c’est le paysage grave et aérien que Hervé Vachez a photographié. Puis, de ces instants enregistrés, il a isolé des fragments pour les reproduire en macrophotographie. Les œuvres ici exposées multiplient par trois mille l’échelle du négatif de départ : tout modèle disparaît. Dérivation de signes, cette représentation des oiseaux dans un site industriel italien absente son sujet pour construire un sens allusif, qui aurait à voir avec l’apparition d’une escadrille, ou avec le procès de l’image. Car la série des Oiseaux interroge sa propre structure divisée. Et le grain de la photographie, qui participe à son unité visible, en constitue alors l’agent de la désorganisation. Le support se modifiant par lui-même.
Mais cette perte, ou cet excès d’information, est-ce le résultat de l’isolement de l’un des motifs de la photographie ? Ou l’imparable issue de son agrandissement mathématique ? Telle déconstruction de la matière interroge en effet : Hervé Vachez est également sculpteur. Et son approche de la photographie s’avère inséparable du processus – du temps opératoire et de ses résultats – qui la transforme. Prise de vue, repérage d’un fragment de l’image à son tour devenue quadrillage ou topographie, multiplication des mesures, le dispositif du sculpteur s’installe quand le réel sert de relais, son isolement de passage.
Si l’agrandissement photographique – à l’instar du film Blow-up de Michelangelo Antonioni – fait office de convocation du réel, d’écriture de l’absence, de pièce à conviction qui fonde chaque image dans le doute, il interroge en amont la transformation du regard.
L’image développée, ses cohérences formelles divisées, les oiseaux deviennent ici une autre photographie. Telle une anamorphose, une image deuxième travaille chaque image. Construction des potentialités métaphoriques de la première, palimpseste, carte génétique se modifiant à l’infini : ces Oiseaux découvrent alors les figures d’une poétique du chaos.

                                                                                                                                       A. C.


 


© alexandre castant | 2011