Musique avec les yeux Arts & musiques expérimentales
Expositions | 1993

Musique avec les yeux, un passage entre les arts plastiques et l’exploration musicale, exposition de l’action culturelle de la Fnac, galerie Gérald Piltzer, Paris, 14 décembre 1993 – 8 janvier 1994.


Musiques de Heiner Goebbels, Philippe Eidel, Lounge Lizards, Jacques Di Donato, Louis Sclavis et Armand Angster, Diamanda Galas, Elliott Sharp, François-Élie Roulin, John Moran, Pascal Comelade. 


Œuvres de Marie Baronnet, Pascal Dhennequin, Yann Guénard, Rodolphe Hammadi, Gilles Héranney, Clément-Olivier Meylan, Claude Piot, Sophia Salazar, Nicolas Tourlière.


Curateur : A. C.
Directeur de l’action culturelle de la Fnac : Jean Carabalona.


Musique avec les yeux [communiqué de presse]


Découvrir une sélection musicale aux limites du jazz contemporain — de son héritage free — des musiques minimales, sérielles, du mouvement industriel et du rock hard-core est le principe de Musique avec les yeux. Ces musiques ? Elles articulent des territoires sonores différents, esquivent les registres : le mélange des styles les rend inclassables.


Musique avec les yeux sera l’exploration par les arts visuels de territoires sonores aussi variés que les musiques traditionnelles visitées par Philippe Eidel ou la virtuosité de l’art serpentin des clarinettes free de Jacques Di Donato, Louis Sclavis et Armand Angster. Les symphonies électroniques de François-Élie Roulin qui citent la poésie de Louise Labé ; les jouets pour enfants qui intègrent les pièces « primitivistes » de Pascal Comelade ; l’opéra de John Moran qui décline les icônes populaires d’un imaginaire télévisuel. Le collage radiophonique de Heiner Goebbels ou le jazz post-moderne des Lounge Lizards. La voix fiévreuse, enfin, de Diamanda Galas qui mélange music-hall et « danse macabre » ou la destruction sonore de l’horizon urbain d’Elliott Sharp.


Musique avec les yeux est donc la recherche visuelle et plastique réalisée par Marie Baronnet, Pascal Dhennequin, Yann Guénard, Rodolphe Hammadi, Gilles Héranney, Clément-Olivier Meylan, Claude Piot, Sophia Salazar et Nicolas Tourlière autour de ces univers sonores. Puisque ceux-ci apparaissent comme indéfinissables, pourquoi ne pas s’adresser à un autre sens — la vision ? — pour les approcher ? Et les écouter autrement…


Dans la singularité de ces musiques, un parallèle visuel se laisse alors imaginer : il sera l’accompagnement de la dissidence que des musiciens organisent dans l’ombre : leur éloge de l’ouïe.


A. C.


Illustration :


 CD accompagnant le catalogue de l'exposition.


 


© alexandre castant | 2011