Bernard Guillot Retour à New York
Archives & Documents | 1998

Archives & documents : Articles inédits. - d'Autres Mondes Productions. - Conférences filmées. - Coordination éditoriale. - Documents sonores. - Tirés à part.


 « Bernard Guillot : Retour à New York » (texte coécrit avec Iwona Tokarska-Castant) in Camera Obscura, 38 (rédacteur en chef invité), Thessalonique, été 1998.

En 1975 Bernard Guillot, photographe et peintre, découvre New York. Choc esthétique, fusion des rencontres, chaos des sensations. Plus de vingt ans après, l’artiste y réalise un ensemble de photographies que ce recueil présente. Entre ces deux séjours Bernard Guillot réside à Paris et au Caire où ses images d’Égypte sont régulièrement exposées : il ne retourne pas à New York. Mais l’expérience de cette première vision persiste et sa mémoire traverse le temps. Son œuvre se comprendrait-elle depuis l’urbanité new yorkaise : point de départ auquel tout la ramène ? Partir d’Ithaque pour y revenir?


Tout retour est un dialogue, une tension ou un combat avec le passé. Et les photographies de Bernard Guillot sont l’expression de ces conflits du temps, ses passions. Elles qui submergent de douceur l’espace new yorkais construit de tours, d’acier, de ponts, et qui reflètent à l’infini cette ville quadrillée d’avenues. Ces formes et ces lignes importent : le photographe et le peintre approchent l’espace comme un cadre ; chaque signe y devient l’allégorie d’un temps contradictoire. Retour donc.  


Les rythmes opposés (l’immobilité, le mouvement) qui se conjuguent dans cette série new yorkaise, les formes inversées (le vide et le plein, le courbe et le droit) qui s’unissent dans ces images sont autant de signes qui nous renvoient à un temps exacerbé, multiple, fugitif, au temps du retour. Si la vie est un songe, le passé apparaît alors comme une illusion de la mémoire… Et Bernard Guillot reste sans doute un artiste baroque, à New York comme au Caire.


Alexandre Castant & Iwona Tokarska-Castant


 


***


Site de Consultation :
Bibliothèque de l’École nationale supérieure d’art de Bourges.


 


L'ensemble de ce texte a par ailleurs été repris, dans une version sensiblement identique, dans l'essai Écrans de neige, photographies, textes, images (1992-2014), Éditions Filigranes, Hors collection, Trézélan, 2014, pp. 105-106.
http://filigranes.com/main.php?act=livres&s=fiche&id=483


 


© alexandre castant | 2011